la création de l’Eglise Protestante Unie de France

Un évènement historique : la création de l’Eglise Protestante Unie de France dont le premier président est Laurent SCHLUMBERGER ancien pasteur du foyer

CHOISIR LA CONFIANCE

Voilà plusieurs décennies que la réunion des deux églises issues de la réforme, l’Église réformée de France et l’Église évangélique luthérienne de France, est en germination. La concorde de Leuenberg signée en 1973 entre luthériens et réformés en est le fondement. Et depuis, les liens de communion n’ont cessé de s’intensifier. En 2007 à Sochaux, lors de leur synode respectif, les deux églises ont décidé la création d’une église unie, et au terme d’un processus institutionnel de plusieurs années, elles ont pu célébrer leur union, à Lyon en ce samedi 11 mai 2013 qui restera une date importante dans l’histoire de l’œcuménisme. Le service d’inauguration a réuni plus de mille personnes en présence du ministre de l’Intérieur, du secrétaire général du Conseil œcuménique des Eglises, du cardinal archevêque de Lyon et de bien d’autres représentants religieux de France

Le premier président de la toute nouvelle Eglise protestante unie de France est le pasteur Laurent SCHLUMBERGER. Dans son message d’introduction, il s’est employé à souligner qu’il s’agissait fondamentalement d’un acte de confiance. Confiance en Dieu, mais surtout confiance que Dieu donne et renouvelle aux humains de génération en génération. Davantage qu’un montage institutionnel, cette création répond à la mission de témoigner de cette confiance qui nous est donnée. «Il s’agit pour notre protestantisme (...) de passer de la connivence au partage, de l’entre-soi à la rencontre, d’une Église qui se serre les coudes à une Église qui ouvre les bras» Laurent SCHLUMBERGER s’est élevé contre «les postures identitaires», notamment «sociales». «Elles procèdent de la peur et de l’illusion, la peur de l’autre et l’illusion que l’on pourrait exister sans lui, voire contre lui../..On peut bien sûr comprendre les racines de ces peurs et de ces illusions, des racines parfois bien réelles, et si souvent entretenues et instrumentalisées. Mais on ne saurait se résigner ni à les laisser se répandre, ni à simplement se désoler de leurs effets néfastes../.. «Nous avons besoin les uns des autres. Notre société, rongée par la défiance, a besoin de cette hospitalité fondamentale» sans laquelle, il n’y a plus d’humanité possible.

Tous les participants ont reçu des graines de fleurs et une bougie, qu’ils étaient invités à allumer dans le Grand Temple de Lyon, en signe de communion, et aussi en signe de cette confiance qui est donnée dans la foi et qui fait vivre et engage ceux qui la reçoivent.

Pour accéder au message du pasteur Laurent SCHLUMBERGER, président de l’E.P.U.d.F., suivre ce lien :

http://www.eglise-reformee-fr.org/erf/content/download/24757/180408/version/1/file/EPUdF_synode_message_pr%C3%A9sident_cn.pdf